Jérémy Liron

Liron tript

J’imaginais des images lavées des corps qui tiennent le devant et s’agitent, et disent des histoires, pour ne laisser à voir en plein cadre que des arrières-plans rendus à la pleine visibilité.
Le fond du décor viendrait affirmer tout proche alors son silence immuable, son étendue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s